vallee_d_elah1

AVEC CHARLIZE THERON, TOMMY LEE JONES, SUSAN SARANDON - UN FILM DE PAUL HAGGIS ETATS_20UNIS4 POLICIER - 2h02 - 2007 - De retour d'Irak pour sa première permission, Mike Deerfield disparaît mystérieusement et est signalé comme déserteur. Son père, Hank – un ancien membre de la Police Militaire – et sa mère Joan se lancent à sa recherche avec le concours d'Emily Sanders, officier de police de la juridiction du Nouveau-Mexique où Mike a été aperçu pour la dernière fois. Face au silence et à l'hostilité croissante des autorités militaires, Hank et Emily soupçonnent bientôt un coup fourré. Les indices troublants s'accumulent, et la vérité sur le séjour en Irak de Deerfield finit par éclater, bouleversant à jamais la vie de Hank et ses croyances…

No country for our men

      Après Collision et les excellents scénarios de Million Dollar Baby, Mémoires de nos pères et Casino Royale, Paul Haggis réalise un film sur le conflit iraqien et les traumatismes subits par les jeunes troupes américaines lors de celui-ci. S'il n'a pas le talent de Sam Mendes (Jarhead) et que son long-métrage reste assez sage, il souligne comment les États-Unis continuent de se voiler la face sur les conséquences des guerres dans lesquelles ils s'investissent, pour les civils sur place, mais aussi les soldats de leur propre nation. Le cinéaste utilise comme fil conducteur une enquête policière suite à la disparition d'un jeune soldat fraîchement rentré au pays. On constate que cette jeunesse débordante d'idéaux patriotiques s'est retrouvée parachutée à l'autre bout du monde, sans repères ni confort, éloignés des leurs, à mettre les mains dans la boue et le sang. On se demande comment on peut envoyer ses jeunes hommes, pas encore adultes, dans un contexte comme celui-là, sans préparation et aucun encadrement psychologique sur place, puis à leur retour, si bien qu'ils ne savent plus s'ils étaient finalement mieux là-bas qu'ils ne le sont ici.

    L'atout du film est la présence de Tommy Lee Jones, tout en intériorité, qui verra ses convictions d'ancien soldat mais également de père s'effondrer au fur et à mesure de l'avancement de l'investigation. Charlize Theron, toute en sobriété, l'accompagnera dans sa démarche, touchée par ce père meurtri et isolé. Les rebondissements se succèdent mais on n'est toutefois jamais vraiment surpris, la faute à une réalisation linéaire, à des rôles secondaires plutôt mauvais - par opposition aux deux acteurs principaux impeccables - et à des choix parfois faciles de mise en scène, d'une utilisation abusive d'une Susan Sarandon mélodramatique et de ces sempiternels plans de la bannière étoilée, qu'elle soit glorifiée ou entachée.

     Ce qui agace est qu'en réalité ce soi-disant "brûlot" n'illustre finalement que les erreurs humaines, y compris celles des citoyens américains désormais enfin conscients des errances de dirigeants qu'ils avaient pourtant reconduits pour un mandat supplémentaire, adhérant d'ailleurs majoritairement à cette décision d'envoyer leurs troupes en Irak. Les Américains ne semblent pas enclin à retenir les cinglantes leçons reçues par le passé et les nombreux revers subits.
    S'il l'on regrette un récit surchargé de symboles et de scènes parfois lourdes à la longue, on saluera néanmoins l'initiative et les bonnes intentions de son auteur encore lié à ce point de vue subjectif, et surtout, l'interprétation juste et touchante de son tandem.

FAV 13 / 20

Revue de presse

Film antimilitariste, Dans la vallée d’Elah laisse pourtant planer une étrange ambiguïté en fin de parcours (…). Le personnage principal laisse aller son écœurement sans jamais remettre en cause le patriotisme qui fonde cet aveuglement et cette propension à l’oubli.. Libération

(…) malgré des comédiens au top (…) on sent qu’ils sont essentiellement au service d’une démonstration, fût-elle habilement déguisée. TeleCineObs

(…) lucidité essentiellement introspective, qui ne s’accommode toujours pas très bien du registre policier de l’intrigue. En demandant ce qu’il faut penser d’une nation qui laisse ses enfants à la barbarie, le film est d’abord un constat sanitaire habillé en jugement moral (…) Positif

Filmographies

Tommy Lee Jones ( Le fugitif, Men in black, Trois enterrements, No country for old men  ... )
Charlize Theron ( The Yards, Braquage à l'italienne, Monster, L'affaire Josey Aimes ... )