nrb

ÉCRIT ET RÉALISÉ PAR SAM MENDES – AVEC KATE WINSLET, LEONARDO DiCAPRIO, KATHY BATES, MICHAEL SHANNON – GENRE DRAMA – DURÉE 2H05 – ETATS-UNIS – SORTIE (FR) 21 JANVIER 2009

Dans l’Amérique des années 50, Frank et April Wheeler se considèrent comme des êtres à part, des gens spéciaux, différents des autres. Ils ont toujours voulu fonder leur existence sur des idéaux élevés. Lorsqu’ils emménagent dans leur nouvelle maison sur Revolutionary Road, ils proclament fièrement leur indépendance. Jamais ils ne se conformeront à l’inertie banlieusarde qui les entoure, jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales. Pourtant, malgré leur charme et leur insolence, les Wheeler deviennent exactement ce qu’ils ne voulaient pas : un homme coincé dans un emploi sans intérêt ; une ménagère qui rêve de passion et d’une existence trépidante. Une famille américaine ordinaire ayant perdu ses rêves et ses illusions. Décidée à changer de vie, April imagine un plan audacieux pour tout recommencer, quitter leur petite routine confortable dans le Connecticut pour aller vivre à Paris. 


Mon avis sur le film

Après Jarhead, Les Sentiers de la Perdition et le chef d'œuvre American Beauty, Sam Mendes sort son quatrième film, adapté d'un roman acclamé de Richard Yates. Pour incarner le couple des Wheeler, il choisit de réunir un couple qui a eu beaucoup de succès sur grand écran il y a une dizaine d'années. Mais Revolutionary Road (les Noces Rebelles en France) ne vaut pas qu'on le compare au champion du box-office car il n'y a aucune ressemblance. Car Les Noces Rebelles est un grand film. Peut-être pas un très grand film inoubliable, mais un grand film porté par deux grands acteurs. Comment ne pas parler de la sublime Kate Winslet, déjà formidable et bouleversante dans Little Children (qui a quelques similarités thématiques avec Les Noces Rebelles d'ailleurs) ou encore Eternal Sunshine, qui a remporté deux Golden Globes (meilleure actrice dans un drame et meilleur second rôle féminin, rien que ça) il y a quelques jours ? Dans le film réalisé par son époux Sam Mendes, elle est tout simplement immense. Mais ce n'est pas vraiment une surprise de mon point de vue, tellement son talent et sa beauté naturelle crèvent l'écran dans quasiment tous ses derniers films. Son ami et partenaire à l'écran Leonardo DiCaprio n'est pas en reste. Si je n'ai jamais été un fervent admirateur de "Leo", il faut bien reconnaître qu'il est un acteur de grande classe lui aussi. Mais son duo d'acteurs n'est pas le seul point fort du film. Sam Mendes confirme qu'il est un réalisateur très talentueux, rigoureux et raffiné. Si l'on peut parfois regretter un certain classicisme et une mise en scène quelque peu théâtrale, on ne peut en revanche rien reprocher d'autre à son film, qui nous tient en haleine du début à la fin, avec un sujet pas facile, celui du naufrage progressif d'un couple enfermé dans une vie banlieusarde certes plutôt aisée mais routinière.

April et Frank se rendent compte après quelques années de mariage qu'ils ne sont pas heureux et qu'ils ont oublié ce qui les caractérisait lorsqu'ils se sont rencontrés. April propose alors à Frank de partir vivre à Paris. Sa suggestion n'est ni anodine ni exprimée tel un crédo romantique, mais comme le symbole d'un réel sentiment d'étouffement et de lassitude. Paris représente la possibilité d'une vie imprévisible, d'un nouveau futur, une nouvelle aventure pour eux pas forcément utopique et irréalisable. Frank est emballé et même soulagé. Il s'ennuie fermement dans un boulot bureaucratique sans intérêt et voit lui aussi ce départ pour l'Europe comme un renouveau pour son couple et l'opportunité de s'accomplir professionnellement dans une voie qui lui conviendrait mieux. Mais son patron va lui proposer une promotion et April va lui annoncer une nouvelle délicate , qui vont le faire remettre en question ce projet de déménagement. Frank devient tiraillé entre ses désirs et l'apparat social. lI va devoir choisir entre la facilité d'un parcours tout tracé et confortable financièrement et matériellement et le rêve d'une nouvelle vie que sa femme semble espérer encore plus ardemment que lui. L'intelligence du film de Mendes tient au fait que le spectateur ne choisit pas un camp - ayant de la compassion pour Frank ou s'identifiant à April - et suit leurs doutes et leurs craintes, le renvoyant à sa propre existence. Un film sur le questionnement de soi-même, de la vie que l'on désire mener, de l’abandon des rêves, de ce dont on peut se satisfaire et des frustrations qu'on ne peut combattre.

 

LC

50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_half 

En ce début d'année 2009, Revolutionary Road est LE film à ne pas manquer, porté par une Kate Winslet immense et un Leonardo DiCaprio excellent. Sans tomber dans le larmoyant, Sam Mendes laisse parler l'émotion brute et véritable. Un beau film, intelligent, sensible et remarquablement bien construit, mais pas forcément facile d'accès et peut être un peu trop théâtral dans sa mise en scène.

lesnocesrebellesPhoto1

L'avis de la presse

Les noces rebelles fait partie de ces œuvres qui distillent l’émotion avec parcimonie, préférant la sensibilité à la sensiblerie, mais dont le souvenir vous hante après être sorti en salle. - Studio

Grand film ? Non. Mais film fort. Les Noces rebelles sont le requiem élégant de l'amour conjugal. - Le Nouvel Obs