thewrestler

RÉALISÉ PAR DARREN ARONOVSKY – AVEC MICKEY ROURKE, MARISA TOMEI, EVAN RACHEL WOOD – GENRE DRAMA – DURÉE 1h45 – ÉTATS-UNIS – SORTIE (FR) 18 FEVRIER 2009

À la fin des années 80, Randy Robinson, dit The Ram ("Le Bélier"), était une star du catch. Vingt ans plus tard, il ne se produit plus que dans des salles de gym de lycées ou des maisons de quartier... Brouillé avec sa fille, il est incapable d'entretenir une relation durable avec quiconque : il ne vit que pour le plaisir du spectacle et l'adoration de ses fans.

Mon avis sur le film

Après le marquant Requiem for a dream et le fascinant The Fountain, Darren Aronofsky signe son grand retour avec The Wrestler, accompagné d'un Mickey Rourke époustouflant. La presse en a beaucoup fait et dit à propos de la "résurrection" de l'acteur des années 90. Un discours qui avait de quoi agacer. Mais lorsque l'on voit son interprétation - qui malheureusement n'a pas obtenu l'Oscar, l'Academy lui préférant le maniéré Sean Penn - on ne peut être qu'admiratif. Il n'interprète pas, il est ce catcheur has-been, fauché et tristement seul qui va essayer de retisser des liens avec ceux qui lui restent, à commencer par sa fille, qui ne lui parle plus depuis qu'il est parti de la maison  en l'abandonnant quelques années auparavant.

Les premières séquences nous plongent en plein coeur de l'action et du monde du catch. Certaines scènes illustrent le folklore autour du catch, toute cette mise en scène mais également l'envers du décor et les souffrances que s'imposent ceux qui y participent. Les sévices physiques qu'ils s'infligent ne sont d'ailleurs pas très agréables à voir. Et il y a aussi ces cachets qu'ils s'enfilent pour tenir la cadence. D'ailleurs, Randy va accuser le coup et réaliser qu'il est seul et en sale état, et que s'il ne veut pas finir ainsi, il lui appartient de se racheter auprès de sa fille, interprétée par une Evan Rachel Wood, remarquablement convaincante.

Si le film se déroule dans un cadre pas forcément enthousiasmant de mon point de vue - le catch, ça va bien cinq minutes -  The Wrestler a été une énorme bonne surprise, un film incroyablement touchant et sincère, intelligemment construit et portés par des acteurs tous excellents avec notamment un Mickey Rourke - allez, j'ose ! - "revenu des enfers". Une quête de rédemption différente de celle de Boy A, mais une histoire aussi poignante. Darren Aronovsky, de son côté, confirme un énorme potentiel.

CDCs

50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_half

L'avis de la presse

Avec sa modestie en bandoulière et sa tristesse en serre-têtes, The Wrestler, film duquel et dans lequel on ne se relève pas, assure aux yeux de tous que Darren Aronofsky est l'un des plus grands cinéastes de son époque. Dvdrama

L'acteur affiche un jeu tout en finesse et en générosité, toujours à fleur de peau, et tellement juste qu'il nous émeut aux larmes. Le JDD