gofast

Mon avis sur le film

Le « Go fast » est le nom donné à une technique utilisée par les trafiquants qui consiste à utiliser deux voitures de grosse cylindrée, souvent volées - une voiture servant à transporter les  stupéfiants, l'autre servant d'éclaireur   - et à remonter la cargaison le plus rapidement possible jusqu'à la destination visée. Le film du même nom réalisé par le belge Olivier Van Hoofstadt est un film d'action suivant l'infiltration d'un flic parisien dans une affaire de trafic. La réalisation du belge est très inégale : le style un peu docu des séquences en banlieue se rapprochent davantage de la qualité des reportages de TF1 que de celle d'un long-métrage, alors que les quelques courses poursuites sont bien plus à la hauteur. L'interprétation de Roschdy Zem est honnête. Celle des seconds rôles en revanche est beaucoup plus critiquable. Au final, un film regardable - pour une fois avec Europa - et plutôt intéressant mais vite oublié.

WN

50px_Star_full50px_Star_full50px_Star_empty50px_Star_empty50px_Star_empty


taxi4aff

Mon avis sur le film

Les suites se suivent et se ressemblent dans la saga Taxi. On reprend les mêmes - ou presque, Marion Cotillard ayant eu la judicieuse idée de s'éclipser pour aller tourner une biopic sur une petite chanteuse francophone soi-disant connue... Hmm... je pense qu'elle doit être rongée par les regrets ! - et on recommence. Krawczick aux manettes, le taulard tocard Samy Nacéri et son collègue toujours aussi mauvais Diefenthal à ses côtés, Bernard Farcy et sa bande d'incapables incarnés par des acteurs à deux francs rejetés par le petit écran et à la "plume" le père Besson qui préfère passer la majorité de son temps à compter ses billets depuis quinze ans plutôt que de refaire un bon film. Le résultat ? Sans surprise, proche du consternant. Pour regarder  (et endurer jusqu'à la fin) Taxi 4, il faut avoir le cerveau vide. Mais attention, il faut aussi avoir des penchants racisto-beauf, sinon, on risque de passer à côté de toute la "saveur" de ce petit bijou qui a fait 5 millions d'entrée l'an dernier.

AE

50px_Star_full50px_Star_empty50px_Star_empty50px_Star_empty50px_Star_empty

L'avis de la presse

Avachi, en bout de course, Taxi 4 représente plus que jamais la France qui perd, une France fondue dans la masse, anesthésiée et docile, pataugeant dans sa médiocrité avec une gourmandise déprimante. Chronic'art