theconstantgardener

AVEC RALPH FIENNES, RACHEL WEISZ, BILLY NIGHY - UN FILM DE FERNANDO MEIRELLES ETATS_20UNIS4 DRAME - 2h08 - 2005 - Un diplomate anglais résidant au Kenya retrouve sa femme assassinée après que celle-ci a découvert une sombre affaire dans laquelle est impliquée une industrie pharmaceutique..

Le commerce de la santé

         Malgré une première séquence d'introduction sublime, on entre doucement dans ce film, on cherche à prendre ses repères, à comprendre le contexte et l'ordre des choses. La première demie-heure est parfois un peu poussive, même si certains évènements sont poignants, drôles ou attachants. Une fois les flash-back terminés et la chronologie reconstruite avec le spectateur, le film prend enfin une tournure qui ressemble davantage au thriller documentaire et politique qu'au drame sentimental. Pourtant, les scènes d'action sont rares, mais le climat de menace et de révolte monte crescendo, si bien que l'on s'agace d'un dénouement encore trop lointain qu'il serait peut-être irréaliste d'espérer - bien qu'Hollywood nous ait habitué à des conclusions moralisatrices où les bons triomphent du mal. The Constant Gardener, s'il fallait le comparer, ressemble assez à Lord of War, sans l'humeur cynique et décapante de Niccol. Le film de Fernando Meirelles (la Cité de Dieu) serait donc un Blood Diamond, sans la superficialité et la caricature.

        Doté d'une superbe photographie - on se régale de ses paysages africains et de ces prises de vues judicieusement choisies, notamment lors de la scène d'ouverture - et de deux acteurs principaux impeccables et discrets - pas de scènes surjouées du style : Leonardo DiCaprio blessé dans la savane faisant ses adieux à l'amour de sa vie - le film réussit à transmettre au spectateur une palette d'émotions hétéroclites. De la colère à l'apaisement, un sourire ou une larme, on est immergé avec les protagonistes au Kenya, meurtri par les guerrillas, les problèmes sanitaires et les révoltantes politiques menées par les pays de l'ONU. Il met ainsi en avant la puissance du lobby pharmaceutique dans des pays tellement démunis et déstructurés où il est facile d'abuser de la misère humaine qu'on n'aura aucun scrupule à tester des nouveaux médicaments sur la population. Tessa (superbe Rachel Weisz) s'investira corps et âme dans ce combat face à un ennemi bien trop fort pour elle, et son mari, en menant son enquête, reprendra par la suite le flambeau pour découvrir qui a causé la disparition de sa femme.

        The constant gardener n'est ni un documentaire, ni une satire, ni une romance. Il est les trois à la fois et aucun des trois. Par une atmosphère délicate et parfois oppressante, il nous attache au sort de cette population bien démunie et à l'impuissance de ce couple anglais qui se sera tour à tour cassé les dents contre la machine ONG, nous rappelant, comme si cela était encore nécessaire, que le monde est pourri et que le profit a bien souvent plus de valeur que la vie humaine.

CDCs 16 / 20

Filmographies

Ralph Fiennes ( La liste de Schindler, le Patient anglais, Spider, Harry Potter 4 & 5,   ... )
 Rachel Weisz ( La momie, Beauté volée, The Fountain, My blueberry nights  ... )